Connexion

[Reportage] Deutz Fahr série 9 - J-P Godeau : « 340 ch dans un élevage, un choix étonnant mais pas un luxe ! »

[Reportage] Deutz Fahr série 9 - J-P Godeau : « 340 ch dans un élevage, un choix étonnant mais pas un luxe ! »

Le méthaniseur de l'exploitation génère 25 m3 de digestat par jour. Pour l'évacuer Jean-Philippe et Jean-Christophe Godeau, éleveurs à Mont-Ormel (Orne), ont investi dans un tracteur de 340 ch, puissance indispensable pour travailler en sécurité dans les vallons du pays d'Auge. Ils ont fait confiance à leur concessionnaire et ont opté pour le Deutz-Fahr série 9, le premier vendu en France. Un an plus tard, l'engin débarque enfin pour traîner la tonne à lisier Samson de 25 000 l. Un choix que les éleveurs ne regrettent pas étant donné le gain de sécurité et de productivité qu'il apporte. Reportage.

Jean-Philippe GodeauJean-Philippe Godeau et son frère exploitent 350 ha et élèvent 750 bovins. (©Terre-net Média)

Jean-Philippe Godeau et son frère Jean-Christophe cultivent à Mont-Ormel dans l'Orne. Leur exploitation totalise 350 ha, dont 160 de cultures. En parallèle, ils élèvent 750 bovins et une quarantaine de vaches laitières qui produisent 400 000 l de lait. Particularité de la ferme : le relief. Les pentes vallonnées du pays d'Auge imposent de posséder un tracteur puissant, surtout pour traîner la tonne à lisier Samson de 25 000 l. Pleine, autant dire que le conducteur n'a pas le droit à l'erreur !

Voilà pourquoi il y a deux ans, les éleveurs ont investi dans une machine de forte puissance, un tracteur Deutz Fahr de la série 9. Après une première apparition à l'Agritechnica en 2013, l'engin de 340 ch a été le premier exemplaire vendu en France. Une pareille puissance dans un élevage, le choix en a surpris plus d'un. Et pourtant, Jean-Philippe assure que « vu le relief du pays d'Auge, ce n'est pas un luxe ! Auparavant, j'utilisais un série 7 de 215 ch, et autant dire que parfois, je me faisais de grosses frayeurs. »

25 t de digestat à évacuer chaque jour

En général, les deux frères ne se posent pas trop de questions quand il faut investir. En 2012, la taille de leur élevage les avait conduits à installer une unité de méthanisation pour produire de l'électricité à partir du fumier des animaux. « Chaque jour, le digesteur en consomme 20 t. Sans compter les 3 t d'herbe et 2 de maïs ajoutées à la ration quotidienne pour améliorer le pouvoir méthanogène. Du coup, c'est autant de matière à évacuer. 25 t de digestat produite par jour ! D'où la taille de notre matériel. Pour tracter la bête, il faut un engin puissant et lourd pour être en sécurité et ne pas pénaliser le débit de chantier. Surtout dans notre région ! », rajoute le producteur.

La bonne surprise : la transmission à variation continue TTV. « Sur l'exploitation, nous connaissions déjà la boîte d'origine ZF, nos tracteurs série 6 et 7 en sont équipés. Cependant, je suis agréablement par le frein moteur. Presque pas besoin d'utiliser les freins, elle retient le poids de l'ensemble ! Nous avons opté pour un modèle haut de gamme, qui bénéficie par exemple de freins à disques à l'avant. Là aussi, ce n'est pas du luxe sur nos routes de campagne. Même à 40 km/h, on se sent en sécurité », précise Jean-Philippe.  

2 500 km par an à 24,5 l/h de consommation moyenne

En moyenne, les éleveurs parcourent 2 500 km avec le tracteur et la tonne. Et question consommation, Jean-Philippe est attentif car c'est le deuxième poste de dépense de l'exploitation ! « Mon frère et moi avons toujours possédé des tracteurs Deutz. Le moteur du 9340 est sobre et consomme peu. En moyenne, au lisier, ce molosse avale 24,5 l à l'heure. C'est peu compte tenu de la puissance et des pentes dans lesquelles il travaille ! Sans compter qu'à pleine charge et à vitesse maximale, le régime n'excède pas 1 600 tr/min. »

« Seul regret, le régime de la prise de force avant. Elle tourne à 1 000 tr/min mais ne possède pas de position Éco. Là encore, vu la sobriété du moteur, nous économiserions du carburant pour les travaux de fauche avec notre combiné de 9 m. À noter la taille de la cabine. Elle est bien finie et très confortable, mais un peu petite. De l'espace supplémentaire serait appréciable. À quand une nouvelle cabine ? », interroge le fermier.

340 CH ACHETÉS SUR CATALOGUE

« À la signature du bon de commande, impossible d'essayer l'engin. Pour vérifier s'il répond à nos besoins, nous l'avons conduit sur un parking en Allemagne, au "cul du camion". Du coup, l'achat s'est fait sur la base des caractéristiques techniques de la plaquette commerciale ! C'était un gros pari mais les chiffres étaient alléchants et surtout, nous faisons entière confiance à Denis Morineau, notre concessionnaire. Il connait nos problématiques et sait nous conseiller ! »